Business Art - Dossier de presse


Chaque année – depuis 2009 – se tient à l’Espace Pierre Cardin, le Salon BUSINESS’ART.

A l’image du lieu emblématique qu’il occupe, il invite l’Art en son entier, avec ses multiples nuances, à s’exprimer au-devant d’une scène toujours plus nombreuse, lui permettant ainsi une grande visibilité, l’inscrivant sur le fronton des portes de l’Histoire.

Rappelons que Pierre Cardin est une marque mais aussi l’épopée d’un esthète inconditionnel qui embrassa – dans sa longue carrière – toutes les formes artistiques et autres disciplines ; de la Haute Couture au Design…

Qu’elle est l’une des plus puissantes au niveau mondial !

Le Salon BUSINESS’ART rassemble plus de 150 exposants, quelque 6000 entrées et 250.000 euros de ventes réalisées en 2013.

La GAZETTE DES ARTS est son support, mais aussi son catalogue officiel.

Atypique, ce Salon se veut un carrefour d’échange et de dialogue entre acteurs qu’ils soient artistes ou collectionneurs, marchands ou esthètes issus du monde de l’entreprise.
Car l’Art est toujours cette valeur refuge qui séduit nombre d’investisseurs !

Provenant de marchés émergents, le marché connaît un bond spectaculaire. “Un phénomène qui a dépassé – en 2011 – le seuil des 7,5 milliards d’euros“ précise Thierry Ehrmann, fondateur et directeur d’Artprice, société française n°1 des données sur le marché de l’Art.

Des banques qui – désormais – développent leurs achats d’œuvres d’art à des fins de placement.

Nul n’est censé ignorer, qu’aujourd’hui, la démocratisation de l’Art est une réalité, propulsant le nombre des collectionneurs à des niveaux jamais atteints passant de 500.000 à 300 millions d’amateurs éclairés, en quelques décennies…

Un engouement qui eut – en son temps – ses marques de repère… Souvenons-nous de Paul Rosenberg qui fut ami de Picasso mais aussi son principal représentant en France et à l’Etranger, sans parler de Matisse et de Braque.

Notons aussi Peggy Guggenheim qui se tourna vers l’art contemporain. Epouse de Max Ernst, elle exposa nombre de Surréalistes imposants par leur stature, dont Yves Tanguy.

L’Art est donc lié à un marché qui l’entretient et lui donne vie.

Absolument inédit dans le paysage artistique français, le Salon BUSINESS’ART est donc une opportunité pour que chaque talent voit enfin la lumière de son œuvre récompensée au grand jour !